Master Biologie cellulaire et moléculaire du microenvironnement

Actuellement, une attention croissante est portée sur le microenvironnement dans le cadre de stratégies de recherche et industrielles. Il peut constituer une source innovante de stratégies thérapeutiques et de marqueurs de diagnostics; il peut être un élément central de stratégies d’optimisation de production industrielle; enfin il est source d’inspiration pour la conception de produits biomimétiques.

Objectifs

  • Former, par la recherche et à travers des ateliers technologiques, des professionnels de niveau bac +5, cadres scientifiques polyvalents et futurs chercheurs, en biologie cellulaire et moléculaire, spécialisés dans le domaine du microenvironnement cellulaire, et ouverts aux applications et enjeux actuels en Biologie et Santé.
  • Permettre aux diplômés de développer une approche scientifique et technologique rigoureuse de projets et de contribuer avec efficacité aux recherches et/ou au développement de stratégies innovantes dans les domaines de la recherche et de l’industrie.

Compétences développées

 Compétences disciplinaires spécifiques :

  • Connaissances théoriques et compétences techniques en biologie/biochimie cellulaire et moléculaire, microbiologie et biotechnologies.
  • Analyse transversale de concepts actuels et à venir dans les domaines de la biologie appliquée à la santé.
  • Sensibilisation aux exigences normatives, réglementaires et éthiques, à la valorisation et au transfert de technologies.

Compétences transversales

  • Mener une activité de recherche pertinente et rationnelle.
  • Développer et gérer un projet scientifique en équipe.
  • Assurer une veille informationnelle : bibliographique, technologique, réglementaire.
  • Mettre au point et/ou optimiser des techniques, méthodes et procédés innovants.
  • Proposer une activité de conseil et expertise sur la définition  de stratégies expérimentales et/ou sur un programme en biologie-santé.
  • Participer à l’élaboration de procédures qualités et normatives.
  • Réaliser des animations et communications scientifiques.

 Avec esprit critique, créativité et force de proposition.

Le microenvironnement

Toute cellule -procaryote, eucaryote animale ou végétale- est environnée de macromolécules. 

Au sein des tissus, les cellules eucaryotes forment une communauté organisée et entourée de matrice extracellulaire. De ce microenvironnement, remanié en permanence lors des activités  cellulaires, émanent des signaux  biochimiques (nature des molécules, facteurs de croissance piégés,…), mécaniques (rigidité, forces de tension,…) et topographiques (architecture, géométrie,…). Ces stimuli, convertis en signaux intracellulaires, influencent le  comportement des cellules comme leur prolifération, migration ou encore différenciation. En conséquence, les interactions intriquées et réciproques entre les cellules et leur microenvironnement contribuent à de nombreux processus physiologiques et pathologiques.

Chez les procaryotes, les biofilms forment également des environnements complexes incluant cellules bactériennes, exopolysaccharides, protéines et acides nucléiques. Ils jouent un rôle important en santé dans certains phénomènes physio-pathologiques (cicatrisation, infection…), dans la dégradation de certains environnements (bâtiments…) et sont impliqués dans le (dys)fonctionnement de certains processus industriels (production, dépollution…).

Ainsi, la composante microenviron-nementale eucaryote et procaryote peut présenter des propriétés thérapeutiques et constituer une source prometteuse de marqueurs de diagnostics (vieillissement, infection, cancer…). En effet, cibler le microenvironnement cellulaire peut se révéler prometteur dans la mise en place de stratégies de lutte contre des verrous thérapeutiques, industriels ou environnementaux telles que des stratégies anti-cancer, anti-infectieuse, anti-biofilms, ou autres….

De plus, appréhender sa composition et son architecture peut inspirer la conception de matrices biomimétiques pour une meilleure compréhension de ces microenvironnements eucaryotes et procaryotes, pour le développement de modèles alternatifs pertinents de criblage des molécules bioactives et aussi, dans certains cas, pour l’optimisation de procédés en médecine régénérative.

Thématique en pleine expansion, le microenvironnement en Biologie-Santé, abordé dans moins de 100 publications  il y a 20 ans, est désormais au cœur de plus de 2000 études par an (source: www.pubmed.com) et a motivé le dépôt de plus de 750 brevets (http://bases-brevets.inpi.fr/fr/resultats-recherche-simple/1427098846515/result.html) (source : inpi)
 
Et il existe des sociétés savantes consacrées à cette thématique:

  • la Société Française de la Matrice Extracellulaire (SFBMEC)
  • le Réseau National Biofilms (RNB)
  • la Société Européenne de la Biologie de la Matrice (MBE)
  • la Société Internationale pour la Biologie de la Matrice (ISMB)
  • la Société Internationale du Microenvironnement dans le Cancer (ICMS)

Plus générales:

  • la Société Française de Microbiologie (SFM)
  • la Fédération Européenne de Sociétés de Microbiologie (FEMS)
Organisation et contenu de la formation

Le master BioC2M s’organise sur 2 années (possibilité d’un DU «césure», de semestres à l’international) : 550 h en M1 et 270 h en M2 (60 ECTS par année). Voir aussi la plaquette ici.

Formation disciplinaire spécifique en biochimie, biologie cellulaire, biologie moléculaire et microbiologie:

– Enseignements théoriques : CM, TD, conférences, tables rondes, recherches et analyses bibliographiques.
– Ateliers scientifiques :  apprentissage conceptuel et pratique par projet.
– Journal club.
Vers la Professionnalisation:
– Projets tuteurés.
– Réalisation d’un projet personnel (associatif, humanitaire, éducatif,…).
– Stages.
– Communication scientifique, Anglais.

L’effectif sélectionné permet une pédagogie de proximité plaçant l’étudiant et son projet au cœur de notre formation.

Les stages:

L’obtention du master est conditionné par la réalisation et la validation de :
– 1 stage ‘initiation’ de 8 semaines en première année,
– 1 stage ‘immersion’ de 6 mois en laboratoire de recherche, en entreprise ou toute autre structure socio-économique du domaine. Tous les stages font l’objet d’une convention avec l’UCP.

Les stages donnent lieu à la rédaction d’un mémoire et /ou à une soutenance orale.
Contenu de la 1ère année de formation : tronc commun en Biologie-Santé (60 ECTS)

Les secteurs d’activité et les métiers

Les métiers

L’orientation recherche offre la possibilité de poursuivre les études par la préparation d’une thèse de doctorat en recherche fondamentale ou en recherche appliquée avec un partenariat industriel.

A l’issue d’une orientation professionnelle, le débouché privilégié est l’insertion professionnelle en tant que :

  • Ingénieur d’étude.
  • Cadre en recherche et développement.
  • Ingénieur technique et/ou commercial.
  • Responsable de projet junior.
  • Chargé de mission / veille scientifique.

La formation permet l’inscription aux concours de la fonction publique française (catégorie A) (laboratoires de recherche, universités, police scientifique…).

Les secteurs d’activité:

(voir aussi les soutiens à la formation)

Laboratoires de recherche en Biologie-Santé

Industries et entreprises :
-santé
-biotechnologies,
-cosmétiques,
-pharmaceutiques,
-agro-alimentaires, …
Fonction publique/territoriale
Associations/Fondations
Structures de pilotage et suivi de transfert de technologies
Distribution de produits biologiques et de santé.

Les soutiens au master

Formation adossée à l’Equipe de Recherche sur les Relations Matrice Extracellulaire – Cellule
 

SOUTIENS ACADÉMIQUES

 
-Equipe ‘réseau d’interactions extracellulaires’, CNRS UMR 5086, Lyon,
-Institut universitaire d’hématologie, hôpital Saint-Louis, INSERM U1131, Paris,
-Equipe biologie et thérapies innovantes des cancers localement agressifs, INSERM U1199, Caen,
-Laboratoire de pharmacologie génétique, hôpital Saint-Louis, INSERM  U976, Paris,
-Institut de chimie des substances naturelles, CNRS, Gif/ Yvette,
-Institut de génétique et microbiologie, UMR CNRS 8621, Orsay,
-Equipe ‘mRNA translation control in p53 and MHC class I pathway’, INSERM UMRS 1162, Paris,
-Laboratoire de chimie et biologie des métaux, CEA, Grenoble,
-Institut de science des matériaux, CNRS UMR 7321, Mulhouse,
-Laboratoire de chimie biologique, EA 4505, Cergy-Pontoise,
-National Institute for lasers, plasma and radiation physics, Roumanie…
 

SOUTIENS INDUSTRIELS : 

Si vous souhaitez vous aussi soutenir ou participer à notre master, contactez le Responsable:
Pr Franck Carreiras
Tél: 01.34.25.66.75
Mail: franck.carreiras at cyu.fr
Plaquette de la formation 
 / 1